BUDGET QUÉBEC 2019-2020 : Un budget qui ignore les coopératives de santé

Communiqués

22 mars 2019


Québec, le 21 mars 2019 – La Fédération québécoise des coopératives de santé (FQCS) dénonce l’absence de mesures encourageant le développement des coopératives de santé, dans le budget présenté aujourd’hui par le ministre des Finances, monsieur Eric Girard.

À l’occasion de son premier budget, les orientations du gouvernement en matière de santé totalisent des investissements additionnels de 5,4 %, correspondant à 801 millions de dollars supplémentaires en 2019-2020 et 4,9 milliards de dollars, d’ici cinq ans. Malheureusement, ces ressources additionnelles ne s’adressent pas aux besoins des coopératives de santé, malgré qu’elles interviennent dans 280 000 dossiers médicaux.

Services médicaux de première ligne
Les soins de première ligne sont essentiels dans un contexte de vieillissement de la population où la pression sur le système de santé sera de plus en plus grande. Les coopératives de santé représentent un maillon indispensable qui garantit l’accès aux services de première ligne dans les milieux ruraux et périurbains et garantissent, de ce fait, une occupation plus efficace du territoire et une plus grande vitalité des collectivités. Ainsi, les coopératives de santé se positionnent de façon à pouvoir être partenaires du réseau de la santé dans l’augmentation de la prestation et de la qualité des services de santé de proximité.

Le budget annoncé aujourd’hui prévoit des mesures afin d’améliorer les services médicaux de première ligne. Ainsi, 10 millions de dollars sont prévus, afin d’améliorer l’accessibilité des services médicaux de première ligne dans les centres locaux de services communautaires (CLSC); 3 millions de dollars par année seront investis afin de mettre sur pied des cliniques d’hiver et 40 millions de dollars supplémentaires par année permettront de consolider la présence des infirmier(e)s praticien(ne)s spécialisé(e)s dans le réseau.
Toutefois, afin d’assurer la pérennité des 44 coopératives de santé, réparties dans 14 régions administratives, il est nécessaire que le gouvernement soit à l’écoute de leurs besoins. À cet effet, la FQCS a recommandé, lors des consultations prébudgétaires, la mise sur pied d’un crédit d’impôt remboursable pour la contribution annuelle des membres des coopératives de santé, ainsi qu’une exemption du paiement de taxes municipales pour ces coopératives exploitées à des fins non lucratives, des mesures qui n’ont malheureusement pas été annoncées aujourd’hui.

« La FQCS, c’est le véhicule privilégié des coopératives et des citoyens qui souhaitent se responsabiliser et se prendre en charge afin que leur communauté ait un accès aux soins de première ligne. Nous existons parce que les 2 besoins existent », rappelle le directeur général de la FQCS, monsieur J. Benoit Caron, « Le gouvernement vient de manquer une belle occasion de saluer cette prise en main des communautés et le travail de nos professionnels. »

Indépendamment du budget d’aujourd’hui, la FQCS se réjouit d’une éventuelle ouverture d’un canal de communication entre ses représentants, le ministère de la Santé et des Services sociaux et le ministère de l’Économie et de l’Innovation.

La Fédération québécoise des coopératives de santé
La Fédération québécoise des coopératives de santé représente les coopératives de santé comptant chacune, en moyenne, 2 000 membres, à qui elles prodiguent des services de première ligne en santé, autant curatifs que préventifs. Présentes dans la plupart des régions administratives du Québec, ces coopératives de santé offrent les services de médecins omnipraticiens, de plusieurs dizaines d’infirmières et gèrent plus de 200 000 dossiers médicaux. Elles sont exploitées à des fins non lucratives.

Qui sommes-nous?

La Fédération québécoise des coopératives de santé représente 44 coopératives de santé réparties dans 14 régions administratives comptant chacune, en moyenne, 2 000 membres à qui elles prodiguent des services de première ligne en santé, autant curatifs que préventifs. Ces services sont offerts par leurs 230 médecins omnipraticiens, leurs 115 infirmières et leurs dizaines de professionnels de la santé qui, ensemble, gèrent 280 000 dossiers médicaux. Elles sont exploitées à des fins non lucratives.

Apprenez-en plus sur le modèle coopératif dans le secteur de la santé!